Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gaudi, l'Habiter et l'Apprendre

Publié le par Jocelyne Turpin

Gaudi, l'Habiter et l'Apprendre

Voyage pour Barcelone, je vous emmène à la Casa Batllo, une maison créée par Antoni Gaudi pour un riche industriel espagnol. Près de la place de Catalogne, l’architecte de la Sagrada Familia y réalise au début du XXème siècle, l’un de ses chefs d’œuvre. Entre deux immeubles, également de style modernistes, il créer la Casa Batllo.

Commençons par l'’extérieur du bâtiment... d'emblée celui-ci me projette dans l’univers onirique, coloré et ondulé de Gaudi. Pour la Casa Batllo, comme pour nombre de ses créations, l'architecte se laisse inspirer par la nature, et plus particulièrement là, par les fonds marins.

Entrer, déambuler, se laisser imprégner du lieu c’est balayer d’un revers de main mon conditionnement architectural. La « maison des bâillements », comme une fausse endormie, déconnecte l’intellect pour parler à mes sens, à mon sensible, à ma poésie. C’est l’univers de Jules Verne devenu réalité.

Lumière, couleur, enroulements des formes, chaque détail, chaque recoin a été «esthétisé» par l’artiste. Beauté et pragmatisme font ici, alliance pour offrir à son hôte, un espace à Habiter pleinement. Même en simple visiteur, j’éprouve la sensation de faire corps avec cette maison qui semble vivante. Dès les 1ères marches, à chacun de ces 7 étages, sur sa terrasse, sur son toit, j’ai l’impression de faire partie de ce bâtiment…

Faire corps, faire partie de son expérience d’apprentissage, redonner la place au sensoriel, se former aussi en déconnectant l’intellect.

Comme Gaudi en proposant son univers, comment balayer d’un revers de main nos conditionnements éducatifs et formatifs ?

Quels écosystèmes d’apprentissages proposer pour donner à vivre une expérience d’organisation apprenante si sensorielle et prégnante, qu’elle balaye les schémas obsolètes du « comment nous apprenions hier » et tisse le « comment nous apprenons aujourd’hui » ?

Au-delà d’un savoir faire technique indiscutable, Gaudi innove, grâce entre autre à sa souplesse d’adaptation, à sa capacité à accepter de faire avec et tirer partie (faire avec les 2 bâtiments qui encadraient la casa Batllo, faire avec les matériaux, la croix, la flèche, fabriqués à Majorque et livrés cassés...). Son génie s’exerce aussi dans sa capacité à anticipé les détails pratiques (veiller à la circulation permanente de l’air par exemple) importants pour le bien vivre des habitants de la maison. Enfin, il créer des univers la nature, le rêve, et raconte ainsi une histoire unique du lieu, qui certainement déteint sur son propriétaire, ou ses passants…

De la même façon au-delà de nos savoirs faire pédagogique, formatif, organisationnel… c’est aussi en composant avec ce qui est (les usages de communication d’aujourd’hui, la relation horizontale qu’ils engendrent, les savoirs d’expériences déjà présents, l’évolution rapide de ces besoins en savoirs…) et en tirant partie de ceci que nous innovons. Construire un écosystème efficient de formation pour l’entreprise c’est avant tout se mettre au service de l’Habiter de l’hôte de Gaudi, de l’Apprendre des professionnels qui apprennent tout au long de leur vie, c'est prendre en compte le pratique, le réel, pour un bien vivre et bien travailler en entreprise. Enfin ces organisations apprenantes pour fonctionner, ont aussi à s'interroger sur l'esthétisme, la création d'univers d'apprentissage qui raconte une histoire, qui permette de construire son histoire...

La casa Batllo est une source d'inspiration où la combinaison du pragmatisme, de l’esthétisme et de l’innovation se traduisent par espace merveilleux et unique...

Comme peut l'être une expérience réussie d'apprentissage ?

Hasta luego

Commenter cet article

Stéphane Diebold 21/05/2014 21:58

j'aime beaucoup la sensibilité de la formation.... nous sommes à un tournant après avoir fait de la formation une science qui s'est oublié dans les méandres de l'industrialisation des savoirs, il s'agit de revenir à l'essence du transmettre... la poésie de la formation.